Le Quartier de Gare

L'historique du quartier

Pour décrire et penser le futur du quartier de gare, il y a lieu de reprendre son historique sous l'angle des activités économiques qui s'y sont développées et qui s'y développent, des fonctions tertiaires et des équipements construits et à développer et des voyageurs qui y transitent.

Le quartier de gare de Soissons se développe à partir de la fin du XIXème siècle et durant tout le XXème.

L'affaiblissement de certaines fonctions, le développement d'autres en font un quartier en profondes mutations des deux côtés des lignes de chemins de fer.

Ces mutations en font un lieu majeur à repenser à l'aube du XXIème siècle.

Ce quartier est bien évidemment centré sur les fonctions assurées par la gare, même si elle n'assure plus qu'un fret mineur, ce qui a affaibli d'ailleurs l'une de ses grandes caractéristiques.

Cependant, du fait des nouvelles données économiques qui rendent indispensables les déplacements sur d'autres marchés de l'emploi proches, dont Roissy et Paris, elle connait une forte croissance du trafic. Celui ci a augmenté de 65%  entre 2002 et 2012.

En lien étroit avec les communes concernées, au sein d'un comité de pilotage, il s'agit d'impulser une nouvelle politique publique autour du quartier de gare, une nouvelle dynamique et plus largement d'élargir et assurer le développement des fonctions de centralité.

Projet d’aménagement

Quartier de Gare

Le projet concilie densité et cadre de vie 

Au-delà de la nécessaire diversité fonctionnelle, sociale et générationnelle du quartier, et de la qualité architecturale des contructions et de l'aménagement public, le projet valorise le territoire, la biodiversité, le patrimoine et l'identité des lieux en proposant de : 

- connecter les réservoirs de biodiversité à travers les aménagements publics et privés, 

- intégrer la nature jusqu'au coeur de l'opération, via la mise en oeuvre d'une trame verte, associée à un maillage de coeurs d'ilôts verts, 

- redonner au patrimoine bâti conservé de nouveaux usages, en jouant sur le caractère innovant. 

Le projet concilie densité et cadre de vie en conservant des espaces calmes dans le quartier, et protégés de la nuisance sonore des voies ferrées, en mettant en oeuvre un aménagement des espaces extérieurs publics et privés qui protègent les usagers des risques sanitaires des sols pollués. 

Le parvis de la gare, lieu fédérateur 

Le parvis est un espace emblématique d'une transformation, au service des usagers de la gare et du pôle multimodal, c'est aussi une succession de lieux qui se connectent à la ville et intégrent, révèlent, et créent des fonctions et des usages nouveaux. 

Une série d'actions vont concourir à faire de ce lieu un espace fédérateur. 

Pôle multimodal 

Le pôle multimodal (PEM) est organisé à partir du parvis de la gare qui forme l'espace public fédérateur du futur quartier. 

Le projet propose d'agrandir le hall de la gare et de l'articuler avec une place piétonne. Elle assurera les échanges vers la gare routière qui sera réalisée pour recevoir 7 bus et cars. L’entrée/ sortie de celle-ci prendra appui au droit du carrefour de la rue Belleu et de la rue du Château d’Oulchy . L'ensemble des services (taxis, dépose minute, stationnement vélo sécurisé…) trouveront leur place à proximité de la gare. 

La tête de pont 

La tête de pont au droit de la gare permettra d'asseoir le projet sur le plan urbain. Ce programme prévoit : 

  • des commerces en rez-de-chaussée, 
  • un hôtel 70 chambres, 
  • des bureaux, 
  • un ensemble de logements à l'accession et un ensemble minimum de 25 logements pour étudiants. 

Belleu 

le projet intègre des îlots le long de la rue de Belleu pour former avec le secteur de Soissons un paysage urbain végétalisé et continu. Ce faisant, il prend acte du caractère aggloméré du projet. Ce secteur sera essentiellement dévolu au logement. 

Village PME

La reconversion d’une friche

En 2010, GrandSoissons d'Agglomération a acheté l'emprise de l'entreprise BSL Industrie, soit près de 87 000 m2. Les réflexions menées sur ce site l'ont identifié comme secteur stratégique pour le développement des surfaces moyennes à destination des PME/PMI. Souhaitant conserver la mémoire des lieux, l'usine fera partiellement l'objet d'une reconversion et non d'une démolition. 

L'usine BSL, bien connue dans la région, était une chaudronnerie reconnue, spécialisée dans la fabrication des équipements en acier inoxydable, alliages nickel et métaux spéciaux pour les industries chimiques, pétrochimiques, nucléaires et aéronautiques. 

La liquidation prononcée en 2002 crée un réel drame social dans le Soissonnais en supprimant plus de 305 emplois. 

Le besoin de locaux pour accueillir les artisans nécessite de proposer des m² supplémentaires sur le marché, d'autant que le Parc des Entrepôts (ex Jacob Delafon) est presque rempli. 

L'espace laissé vacant par BSL est une opportunité pour créer un projet de halle pour PME/PMI.

Le projet architectural

En souhaitant garder une ambiance industrielle au bâtiment, le cabinet d'architecture Cité Architecture a répondu au souhait du maître d'ouvrage (communauté d'Agglomération) de préserver la mémoire de ce lieu qui fait partie de l'histoire soissonnaise. 

Ainsi, en mémoire au passé industriel, seule la toiture existante et la structure métallique sont conservées. La nouvelle façade réalisée en retrait de 7 m permet la création d’une galerie couverte desservant les différentes cellules. 

En ce qui concerne les abords, de par sa proximité avec la ville, l'espace sera traité de manière urbaine. 

Fruit du process industriel, une trame orthogonale organisait l’espace. Le plan masse du projet s’inscrit dans cette logique organisationnelle en maintenant cette trame sur l’ensemble du site de BSL.

La commercialisation de la halle 

  • 34 cellules (dont 4 commerciales) de 200 m2 modulables idéales pour les petites et moyennes entreprises. 
  • De surcroît, la surface peut être doublée par une mezzanine eue égard à la grande hauteur sous plafond du bâtiment. 
  • Le prix a été fixé à 500 euros HT le m2 soit le même prix pour l'acquisition d'un local sur le territoire. La commercialisation est d'ores et déjà ouverte avec des marques d’intérêt et des pré-réservations enregistrées à la SEDA en charge de la commercialisation.

Le financement

Dépenses 8 millions d'euros dont 5,8 millions de travaux 

Recettes 3,2 millions d'euros de commercialisation, 1,7 millions d'euros de subventions et financement agglomération pour 3,1 millions d'euros. 

Sur ce dossier la Communauté d'Agglomération reçoit le soutien de l'Europe, de l’Etat, de la région et de l'ADEME. 

-      Europe FEDER (ITI) : 800 000 € 

-      Etat (FNADT) : 700 000 € 

-      Région Hauts de France : 563 603 € 

-      ADEME : 133 806,75 €

Arena

De manière à complèter l'aménagement du secteur Gare, en poursuivant la politique de réhabilitation des friches industrielles et en particulier celle de Baxi/Focast, un concours a été lancé en parallèle de celui de l'aménagement du quartier de gare. 

Il a pour objet la construction d'une salle multifonction de type Arena, destinée à accueillir des foires, salons, séminaires, concerts, spectacles et manifestations sportives.

Il était demandé une gestion stratégique du site industriel Focast/Baxi du fait de son importance (50 156m2 bâti sur 53 980 m2 de foncier (partie usine) et 7,82 hectares de foncier au total), et une réflexion urbaine de ce site au sein d’un quartier en attente de profondes mutations.

Le quartier de Gare est un lieu de croisement des flux VL/bus/train particulièrement favorable à l’implantation d'un équipement majeur pour le territoire offrant un espace pour les foires et salons, spectacles et manifestations sportives.

Le projet constitue à double titre l'équipement majeur du quartier de Gare, similaire au rôle joué par la Cité de la Musique et de la Danse sur le Parc Gouraud. Le projet a pour objectif de traiter la friche Focast/Baxi en relation avec l'observation faite que le territoire de Villeneuve-St-Germain/ Billy-sur-Aisne/ Belleu est dépourvu de parc. Le projet offre ainsi un jardin au quartier, un espace de respiration dans un univers très minéral. L'équipe lauréate allie donc la création de l'Arena au sein d'un espace qui croisera le végétal à des fractions des charpentes de l'industrie. 

L’enjeu de la salle multifonction est de poursuivre l’équipement d’un territoire aggloméré de 52 000 habitants, afin de lui permettre de rayonner, d’accroître sa visibilité, d’agglomérer des fonctions économiques, culturelles et sportives.

Rappel du programme : 

  • Un usage commercial : des foires et salons pourront être organisés au sein de cet espace pouvant accueillir 220 stands ainsi que des congrès, salons, assemblées générales, séminaires locaux et à destination des entreprises locales…)
  • Un usage culturel : des spectacles y seraient produits dans une salle pouvant accueillir 2500 spectateurs assis. 
  • Cette salle est destinée à combler le déficit local sur des jauges supérieures à 650 spectateurs pour des évènements et concerts populaires.
  • Un usage sportif : accueil de manifestations indoor (compétitions ou démonstrations).
  • Il est par ailleurs prévu l’inscription de projets complémentaires (lieu théâtral, dojo commune Villeneuve-Saint-Germain...

Projet financé avec le soutien de l'Union Européenne

Informations annexes au site