Samedi 16 novembre 1963, inauguration de la nouvelle gare par Louis Roy

La gare échappe aux destructions qui laissent un centre-ville ruiné en 1918. Ce ne sera pas le cas en revanche durant la Seconde Guerre mondiale.

En effet, dans la nuit du 26 au 27 décembre 1944, un avion, sans qu’il soit aujourd’hui encore possible d’affirmer qu’il est allemand, lâche une bombe sur un convoi de 600 wagons. Les Américains y avaient stocké des mines sous-marines débarquées de Cherbourg. La gare disparaît et avec elle, un certain nombre d’édifices dans sa proche périphérie.

Situé exactement au même emplacement que la gare précédente, le nouveau bâtiment s’inscrit dans un vaste programme de transformation de la ville mené lors des quatre mandats du Dr Roy : logements, équipements culturels, travaux de voirie…

L’édifice, de pierre et de béton, semble montrer une hésitation entre ce matériau phare après 1945 et la tradition locale de la pierre de taille. On ne fait pas table rase du passé… La halle des voyageurs offre ainsi deux niveaux vitrés reprenant l’esprit de la grande halle centrale de la gare de 1862.

Déjà, un imposant parvis utilisé pour les services de liaison par bus dessert la halle des voyageurs et le buffet de la gare, situé comme autrefois sur la droite de la halle.

Le buffet, institution du XIXe siècle, va perdurer à Soissons jusque dans les années 60. 

Informations annexes au site